Avertir le modérateur

jeudi, 29 septembre 2011

MALCHANCE POUR LES DRONES PLUS LEGERS QUE L'AIR

Argus one.jpg

L'Argus One

 

World Surveillance Group Inc., société Américaine qui développe une drone plus léger que l’air, l’Argus One, avait terminé chez elle à Easton dans le Maryland les tests « maison » de cet appareil.

 

Maryland.jpg


 

Etat du Maryland.png

 

World Surveillance Group devait ensuite effectuer le 31 août les test majeurs sur le terrain d’essais de l’US ARMY à Yuma dans l’Arizona.

yuma grounds.jpg

 

 

arizona.gif

Ces tests devaient porter essentiellement sur :

-la maniabilité,

-la stabilité,

-le comportement au dessus de 750 m d’altitude dans différentes conditions météorologique, notamment par grand vent,

-les différentes configurations des hélices.

D’après WSGI l’intégration en pods de certains équipements clients avait été faite avant cette nouvelle série d’essais afin qu’à Yuma les conditions se rapprochent le plus possible de la configuration finale.

Il est intéressant de constater que WSGI s’était attachée à mettre au point un système capable d’héberger différents senseurs et différents équipement embarqués en provenance de clients ayant construit des outils qui leurs sont propres.

Une simple architecture plug and play fournissant l’énergie nécessaire, le système de navigation inertiel et les informations externes (environnemental data), l’Argus ayant pour vocation de servir de plateforme mobile à des solutions embarquées de surveillance et de communication.

Las, le 31 août alors que l’on tentait de rentrer l’appareil du fait de conditions météo devenues vraiment trop difficiles, l’enveloppe de l’Argus One s’est déchirée contre un montant métallique du hangar.

La chance ne sourit pas aux drones plus légers que l’air cette année puisqu’au début du mois d’août le drone haute altitude longue endurance (HALE) de Lockheed Martin était tombé après seulement 6 heures de vol et en n’ayant atteint qu’une altitude de 10 000 m au lieu de 20 000 m.

Il n’en reste pas moins qu’il y a là une « niche » très prometteuse où nos industriels nationaux pourraient se distinguer.

On parle actuellement de surveillance et de communications. Une application qui vient immédiatement à l’esprit est celle de la surveillance des feux de forêt.

Mais il en est bien d’autres, notamment dans le domaine de la logistique en zone de combats de faible intensité : des drones PLQA pourraient porter munitions et ravitaillement de façon sécurisée et sans nécessité d’effectifs de protection, ne se rapprochant du sol que lors des ravitaillements.

Qui en France veut se lancer dans l’aventure des drones plus légers que l’air ?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu