Avertir le modérateur

jeudi, 26 janvier 2012

REINDUSTRIALISATION RIME AVEC DRONISATION (MAJ)

La dronisation qu’est-ce que c’est ?

 

C’est la transformation d’engins existants en drones. Le pilote, le conducteur ou l’équipage ne se trouvent plus à bord mais agissent à distance.

Exemple : un certain nombre d’exemplaires de l’hélicoptère de transport US Kaman K-MAX qui est en production depuis 1991 ont été dronisés en 2010 et ont effectué leurs premières activités opérationnelles en Afghanistan en 2011.

kmax.jpg

Kamam K MAX 

Les avantages.

Un engin dronisé apporte beaucoup d'avantages supplémentaires par rapport à ceux, déjà nombreux, des drones natifs.


Rappel des avantages des drones :

 

1-La sécurité : le personnel n'est pas exposé aux coups de l'ennemi.

Ce qui est le principe de base de la guerre : "tuer sans être tué". Et qui présente d'importants avantages au plan politique en ne risquant pas de provoquer des réactions dans la population, contrairement à ce qui se passe lorsqu'il y a des pertes humaines. C'est la première fois dans l'histoire des conflits humains que l'on peut envisager des guerres sans victimes dans son propre camp.

Entendons nous bien : aucune guerre ne sera gagnée par des drones seulement, mais une grande, très grande partie des risques sera prise par des machines dont les équipages ne risqueront rien.

Imaginons (mais faut-il beaucoup d'imagination pour imaginer cela ?) qu'au bout de quelques années un régime pro-taliban s'installe en Afghanistan et serve de base arrière à des actions terroristes : il ne sera pas nécessaire de risquer des vies pour détruire les centres de décision et les ressources matérielles de ce nouveau régime : les drones y pourvoiront.

2-La disponibilité :  effectifs plus aisément remplacables que ceux des équipages exposés.

3-Le coût d'utilisation car les coûts de personnel "sédentaires" sont réduits par rapport à ceux des engins emportant du personnel sur le terrin, à l'étranger, etc.

4-La persistance : pas de fatigue ni de stress. Ni d'ennui...Et donc pas de risque d'erreurs liées à la fatigue ou au stress.

5-La performance : la seule limite imposée est celle de la structure de l'engin et non celle du corps humain.

6-L’insensibilité qui permet l’accès aux missions en zones polluées ou dangereuses.

7-L’absence de risque de laisser des prisonniers ou des documents et ce d’autant plus que le drone peut être doté d’un dispositif d’autodestruction qui serait inacceptable pour un engin portant des humains8-La pérennité de l'humain : cette notion de contraintes fortes du combat fait que les effectifs des pilotes et équipages de drones sont pratiquement inusables et, au contraire, s’enrichissent d’expériences, sans jamais connaître de pertes du fait de l’ennemi.

 

9-L’avantage psychologique que des drones, insensibles à la fatigue et à la peur, aussi intelligents que des hommes puisqu’ils sont effectivement pilotés par des hommes, mais capables d’attaquer sans relâche jusqu’à leur mort (mécanique)  peuvent prendre sur des troupes qui, elles, connaissent ces contraintes du combat, surtout devant un ennemi apparemment INHUMAIN.

 

Un escadron de chars classiques pourra ou devra décider de se replier selon les aléas du combat. Mais une meute* de drones sera toujours plus déterminée que ses adversaires, pouvant aller jusqu’à s’autodétruire en cas de capture rendant par là même sa capture sans intérêt aucun : chaque drone est un implacable kamikaze.

 

si lon parle couramment d’essaims de drones aériens, le terme de meute nous paraît mieux adapté aux drones terrestres.

 

Le Taliban le plus fanatique n’aura jamais la détermination d’un drone.

 

10-Et « last but not least » la QUANTITE : Staline a dit en 1942 que la quantité était une qualité par elle-même. Il faisait référence aux phénomènes de saturation de l’ennemi par le nombre d’hommes, de chars ou de pièces d’artillerie.

Or la quantité des drones n’est limitée que par la capacité industrielle et technique des pays constructeurs et non par le nombre de pilotes et d’équipages emportés, plus difficiles à former que ceux des drones et, surtout, sujets à être blessés ou tués.

N’oublions pas à ce sujet la leçon de la bataille d’Angleterre où les équipages Allemands abattus sains et saufs étaient faits prisonniers et perdus pour le Luftwaffe.

Cette notion de quantité qui forme une qualité est d’ailleurs le premier avantage des engins dronisés.

Mais il y en a d’autres comme nous allons le voir maintenant.

Les avantages des engins dronisés (ED) :

1-Pour mémoire la quantité sachant que toutes les puissances occidentales tendent à réformer les appareils anciens et voient fondre le nombre de leurs équipements par le jeu de l’augmentation des coûts.  

Si près de 900 Mirage ont été construits, il est peu probable que plus de 300 Rafale le soient. Une boutade courante est de dire que dans 50 ans les armées de l’air occidentales n’auraient plus chacune qu’un seul appareil.

La dronisation permettra de cesser de « casser » des engins coûteux et de continuer à les utiliser.

2-le coût de fabrication, et pour cause, car il s’agit d’engins aériens, terrestres et navals déjà construits.

Le seul investissement est celui des systèmes de fonctionnement à distance et d’auto fonctionnement. Or il s’agit là d’un investissement commun et adaptable à 70 à 80 % à d’autres engins similaires : nous voulons dire que ce qui est nécessaire pour opérer un F18 à distance ou automatiquement (nous faisons allusion aux essais effectués actuellement par l’US NAVY) peut être réutilisé en grande partie sur un F16, par exemple.

3-La prolongation du potentiel des appareils : un engin dronisé sera moins utilisé en réel car l’entraînement se fera beaucoup plus facilement en simulation, celle-ci étant très proche des conditions réelles d’utilisation.

Utiliser un char sur le terrain impose à l’équipage des contraintes physiques et psychologiques qu’un simulateur ne peut réellement recréer, alors que ce simulateur permet à l’équipage du même char dronisé de travailler pratiquement dans les mêmes conditions qu’en réel.

4-Lexclusivité : seuls les pays développés disposant d’une forte industrie de défense et ayant l’expérience de l’utilisation et de la maintenance des produits de cette défense sera à même de droniser des avions, des engins blindés, des bateaux.

Autrement dit les ennemis prévisibles des pays Occidentaux ne pourront réorienter vers les engins dronisés une industrie de défense qui peine déjà à leur fournir le matériel strictement nécessaire.

5-La réindustrialisation : il s’agit là d’une chance unique pour les Occidentaux et notamment pour la France de se réindustrialiser en convertissant leurs stocks nationaux et ceux de leurs clients en engins dronisés. Et il s’agit là d’une industrie qui ne devra bien sûr jamais être délocalisée pour des raisons stratégiques évidentes.

Nous avons pris des exemples guerriers mais les ED vont transformer aussi le transport civil non humain et de nombreux Airbus, Boeing et bateaux dronisés assureront une partie du transport de marchandises au cours des décennies à venir.

Ces avantages des engins dronisés, qui s’ajoutent encore à ceux des drones, vont révolutionner la stratégie et les transports avant la fin  de ce siècle.

Et nous aimons à penser ici que la dronisation contribuera au renouveau de l’industrie Française.


 

Sagaie.jpg

Bon à "droniser" ?

Commentaires

Incroyable ce que la technologie permet en terme d'avancées militaires.

Écrit par : Dominique | vendredi, 27 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu