Avertir le modérateur

mardi, 27 mars 2012

LES DRONES : L'UTILISATION COMMERCIALE EST LIEE A LA REGLEMENTATION

« Si les drones sont si bien, pourquoi ne connaissent-ils pas un développement plus rapide ?

L’utilisation commerciale des drones a été lente malgré les réductions de coût et l’amélioration de l’efficacité qu’ils apportent par rapport à l’aéronautique traditionnelle.

Beaucoup de questions sont en attente de réponses avant que l’on puisse en tirer pleinement parti commercialement et c’est pourquoi l’approche réglementaire de l’utilisation des drones est inévitablement lente »

Alan Corner, Helios. 

La question de l’intégration des drones a été posée lors de la conférence globale sur le trafic aérien qui s’est tenue les 6 et 7 mars à Amsterdam à travers deux interventions remarquables.

La première est celle de Steve Pennington, directeur du bureau Américain de l’aviation fédérale qui a estimé que d’ici 10 à 15 ans des avions de fret civil pourront voler avec un seul pilote, le copilote étant au sol, voire sans pilote du tout.

Pennington pense que l’un des principaux défis du futur proche sera effectivement la gestion des drones commerciaux car ils vont prendre un part importante des opérations militaires d’abord, mais également civiles et selon lui le mouvement commencera avec des compagnies de fret telles Fedex et UPS.

L’intérêt de cette intervention est qu’elle met l’accent sur l’importance des grands drones civils qui vont être le facteur majeur de la réindustrialisation des pays développés, tout en fixant une échéance proche.

Nous pensons qu’il est dans le vrai et que d’ici à 2050 une grande partie du transport de fret sera assurée par des drones : transport aérien certes mais également transport maritime et transport terrestre surtout, ne serait-ce que pour des raisons de protection de l’environnement, nos autoroutes arrivant à saturation.

La deuxième est celle d’Alan Corner d’Hélios(www.askhelios.com) qui, reprenant une brillante conférence tenue à Londres en octobre 2011, propose de suivre des pistes de travail sur la voie de l’insertion des drones dans l’espace aérien. L’étude complète, illustrée de nombreux schémas très clairs est disponible en Anglais à cette adresse :

http://www.askhelios.com/images/stories/publications/conference_papers/uas-forum-2011.pdf

En voici une approche synthétique .

L’usage commercial des drones a été lent, malgré l’opportunité qu’ils offrent de réduire les coûts et d’améliorer l’efficacité de nombreux opérations traditionnellement effectuées par des appareils pilotés : il y a de nombreux points à traiter avant que l’on puisse tirer profit des opérations commerciales menées par les drones.

Sans guides ni expérience les législateurs sont prudents bien que certains commencent déjà à bouger plus vite que d’autres : ainsi l’approche des opérations commerciales des drones sera inévitablement lente.

Les drones ont pourtant déjà atteint une certaine maturité en offrant une grande palette d’applications généralement répétitives et de longue durée. Sur les 10 ans à venir le marché serait estimé à 8 milliards d’euros.

 

Quelles sont les barrières ou plutôt les points qui peuvent finir par constituer des barrières et qui doivent donc être adressés dès maintenant ?

 

1-La volonté d’utiliser les drones.

2-La définition de leur concept opérationnel qui sera complètement différent des celui des appareils pilotés.

3-La validation de leur capacité aérienne.

4-La certification des équipages et le statut des pilotes de drones, leur formation et les conditions de leur licence.

5-L’accès à l’espace aérien à travers un accord international, leur donnant idéalement accès à tous les types d’espaces aériens.

6-L’identification et l’atténuation des risques.


Corner schéma 2.jpg


7-La mise en oeuvre sécurisée : l’intégrité de la chaîne de commandement et de contrôle qui est la clef d’une utilisation sûre.

8-L’image des drones dans les médias qui est plutôt négative, non sur le plan technique, mais à travers les dangers qu’ils pourraient représenter. Cela pourrait se faire par la promotion de l’utilisation positive des drones et, à notre avis, en évoquant l’impact positif que les grands drones de transport auront sur la circulation et la préservation de l’environnement.


Alan Corner pose ensuite une question pratique : que peut-on faire pour que le marché des drones réponde plus vite aux demandes des utilisateurs.

Et il propose l’approche suivante :


1-Approche à la fois de la base vers le sommet (qui est celle que nous avons adoptée pour la réunion du 14 juin à Paris.) et du sommet vers la base.

2-Agrément progressif de mises en œuvre opérationnelles à faible niveau de risque accompagnées de mesures de sécurité adaptées. Mesures regroupées dans un « kit de sécurité » pour les types d’utilisations agréés.

3-Mise en place réglementaire à partir des exigences pratiques telle qu’elle a été conduite par l’UK CAA qui est l’autorité de l’aviation civile Britannique.

4-Définition des types d’utilisation : police, incendie, photographie, topographie, surveillance (générale, frontières, etc.) agriculture, construction, oléoducs, transport lourd, etc.

5-Classification selon les types de drones (taille, masse, altitude, rayon d’action).

6-Paramètres selon les classes d’espaces aériens de A à G.


Ainsi la question de l’intégration des drones commence à être en débat. Alan Corner pense que le Royaume Uni a tous les atouts pour être pionnier en ce domaine.

Faisons en sorte que la France soit en tête avec la Grande-Bretagne.


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu