Avertir le modérateur

vendredi, 22 juillet 2011

LA GRANDE HONTE DES DRONES FRANCAIS

L’information vient de tomber : Longuet a choisi Dassault, c’est à dire en fait un drone Israélien, non-armé pour l’instant, pour équiper l’armée Française.

Le tout sans appel d’offres et au mépris des attentes des utilisateurs militaires.

LE FAIT DU PRINCE EN QUELQUE SORTE.

Nous sommes indignés et nous nous demandons pourquoi depuis tant d’années le contribuable Français subventionne une compagnie privée qui, depuis la mort du génial Marcel Dassault n'est plus le grand avionneur qu'il fût de 1950 à 1980, les marchés étrangers ne s’y trompant pas, qui ne veulent à aucun prix du Rafale.

Cette indignation risquant de nous emporter trop loin, nous préférons vous proposer :

1-l'objectif exposé des faits à travers un article de Monsieur MERCHET publié sur son blog SECRET DEFENDE MARIANNE 2 et un article de VINCENT LAMIGEON publié sur son blog : http://supersonique.blogs.challenges.fr/tag/gérard%20longuet

et,

2-notre point de vue à travers certains commentaires recueillis également sur son site "secret défense", commentaires choisis par nous car ils correspondent à ce que nous pensons sur ce blog.

1-LES FAITS

11- L'article de Monsieur MERCHET

Le ministère de la Défense choisit l'option Heron-TP avec Dassault et l'israélien IAI

La décision est enfin prise : lors du comité ministériel d'investissement qui s'est tenu hier soir, le ministre de la Défense Gérard Longuet a décidé "l'entrée en négociations avec la société Dassault-Aviation en vue de fournir un nouveau système de drones MALE en 2014". Ce choix exclut donc l'option d'une acquisition de drones américains Reaper (Predator B), qui était souhaitée par de nombreux militaires, mais suscitait une vive hostilité des cercles industriels.

Ce futur contrat concerne un système "intermédiaire", qui succédera à l'actuel système "interimaire" Harfang. Il s'agit de faire la jointure entre les actuels Harfang (une coproduction EADS-IAI) et le futur Télémos franco-britannique (Dassault-BAe) "à l'horizon 2020". Les Italiens ont par ailleurs marqué de l'intérêt pour ce programme européen.

Le chef d'état-major des armées, l'amiral Guillaud (qui était partisan de l'achat sur étagères de Reaper) confiait récemment à la presse que les armées auraient un problème de drones MALE (moyenne altitude longue endurance) "entre 2013/14 et 2020/23". Voilà donc ce problème réglé.

Ce nouveau F-Heron-TP sera confié à l'armée de l'air (escadron Belfort), mais on ignore encore combien d'appareils (en tout cas, moins de dix) et de stations-sol seront livrés.

Le choix d'hier satisfait la maison Dassault (NDB : nous n’en doutons pas !!! Nous espérons seulement que ce choix a obéi à d’autres motifs que de satisfaire cette maison )

Après dix années d'atermoiements, les choses semblent en effet clarifiées : l'Etat reconnait Dassault comme l'industriel français leader en matière de drone - un revers pour EADS qui esperait beaucoup de son projet Talarion.

D'autres entreprises françaises, en premier Thales, seront associés au projet F-Heron-TP.

Le Heron-TP est un appareil israélien, fabriqué (comme le Harfang) par Malat du groupe Israel Aerospace Industries (IAI). Il sert au sein de l'armée de l'air israélienne (210 Squadron) sous le nom de Eitan. L'engin, comparable au Reaper américain, est de la classe 4 tonnes. Il a une endurance de 36 heures et peut opérer à longue distance : un Eitan aurait été utilisé par Israel pour une frappe au Soudan.

Ce contrat ne remet pas en cause le projet franco-britannique Télémos, dont le lancement aurait du être annoncé lors du dernier Salon du Bourget, comme le laissait prévoir une interview de Gérard Longuet dans Air et Cosmos, la veille de l'ouverture. Las ! Le partenaire britannique veut bien définir en commun un "cahier des charges" en fonction des besoins des militaires, mais pour ce qui est de la commande, les Britanniques veulent passer par un "appel d'offres mondial" explique la partie française, qui préfere un accord de gré à gré avec les industriels. Gérard Longuet qui n'est "pourtant pas un colbertiste notoire", selon ses mots, reconnait que cela pose "un petit souci sur le long terme". Les industriels, eux, se veulent optimistes. Le report britannique s'explique aussi par des désaccords à Londres, entre la Défense et les Finances et au sein même du Ministry of Defence.

 

12- L'article de Monsieur LAMIGEON

 

Drones MALE : l'étrange décision

35408.jpg

L'astuce est vieille comme le monde : c'est dans la torpeur estivale que les arbitrages ministériels les plus baroques ont le plus de chance de passer inaperçus. La décision de Gérard Longuet sur les systèmes intérimaires de drone MALE (moyenne altitude longue endurance) en est un nouvel exemple. A première vue, rien de critiquable : le ministre « a décidé l'entrée en négociations avec la société Dassault Aviation en vue de fournir un système de drones MALE aux armées françaises, en 2014 ». Le développement du drone, dit le communiqué, « impliquera plusieurs entreprises françaises (...), générant emplois et transferts de savoir-faire sur le territoire national. » Formidable, se dit le béotien : une société française fournit des drones français à l'armée française. Jouez hautbois, résonnez musettes, la fibre nationale a parlé.

 

Sauf que tout cela n'est que de la poudre aux yeux. Appelons un chat un chat : si les « négociations » aboutissent, c'est bien d'un achat sur étagères (de produit existant, en jargon militaire) en Israël dont il est question. Si l'accord se confirme, la France achètera alors des systèmes de drones Heron TP de la société Israel Aerospace Industries (IAI), d'une envergure de 26 mètres et d'un poids maximum au décollage de cinq tonnes, capables d'emporter une charge utile de 1000 kilos à 45 000 pieds (14 800m) pendant 36 heures. Ces appareils seraient « francisés » selon le ministère, selon des modalités encore à définir. En clair, la France est en train de refaire la même erreur qu'avec le drone Harfang, dérivé de la première version de ce Heron et « francisé » par EADS, actuellement en opérations en Afghanistan : se mettre durablement en situation de dépendance vis-à-vis d'un industriel israélien qui n'a apporté aucun transfert de technologies à EADS, ce dernier ayant le plus grand mal à installer ses systèmes sur une plateforme dépassée. Avec à la clé, retards, surcoûts et obsolescence accélérée du système.

 

Revenons aux bases. Quel était le but de cette décision sur les drones MALE ? Gérer l'après-Harfang, proche vu l'état des systèmes en opérations, en attendant une nouvelle génération de drones de surveillance, si possible 100% européens, prévue vers 2020. EADS poussait une modernisation du Harfang, solution qui se heurtait aux limites de la cellule, de conception ancienne, voire carrément obsolète. Les forces françaises en Afghanistan étaient largement en faveur d'un achat sur étagère de drones Reaper (ex-Predator B) de l'américain General Atomics, best-seller mondial dont ils constatent tous les jours les qualités sur le théâtre afghan. La solution a été écartée sur l'autel de l'indépendance nationale, pour ne pas dépendre des Américains. Admettons. On peut dès lors trouver étrange de se jeter dans les bras d'IAI, dont le Heron TP est jugé moins performant que le Reaper par toute l'industrie, via un achat sur étagère qui ne dit pas son nom. Qui est gagnant dans l'affaire ? IAI bien sûr, mais aussi Dassault, qui a dézingué à la fois EADS et General Atomics dans une de ces opérations commandos, à la fois politiques et industrielles, où il excelle.

 

La conséquence de ce choix, c'est que la France risque de se retrouver isolée en Europe. Qu'ont choisi les Britanniques ? Le Reaper. Qu'on choisi les Italiens ? Le Reaper. Seuls les Allemands réfléchissent à une offre de Heron TP, « germanisé » par Rheinmetall, après avoir utilisé un dérivé de Heron 1 baptisé SAATEG en leasing en Afghanistan. Mais les visites de hauts gradés allemands se sont multipliées sur le stand de General Atomics au dernier salon du Bourget. Une source proche du groupe américain affirme qu'un accord pourrait être prochainement trouvé. Une chose est sûre : seul Israël utilise aujourd'hui le Heron TP. La France serait le deuxième client, le premier à l'export, avec un degré de francisation au mieux incertain, au pire nul. Et il faudra attendre 2014, donc trois ans, pour voir la machine en action. Où en sera la France en Afghanistan dans trois ans ? Mystère. Quant au fameux drone européen prévu pour 2020, à consonance probablement très franco-britannique, il n'est toujours pas lancé, au grand bonheur des industries américaine et israélienne. Triste spectacle.

 

2-LES COMMENTAIRES

 

Ci-dessous quelques commentaires relevés sur le site, et choisis par nous car ils sont en parfaite concordance avec nos vues, et, sans doute, avec celles de beaucoup de militaires.

 

28.Posté par yves cadiou le 22/07/2011 09:03

Le code des marchés publics impose de faire un appel d’offre européen pour les marchés de fourniture supérieurs à 210.000 € HT. Le prix de ce drone est certainement au-dessus du seuil et l’on aimerait savoir dans quelles conditions ce marché a été passé.

La Cour des Comptes devrait s’intéresser à cette question : ce serait plus utile que de sous-évaluer l’efficacité du SSA.

 

24.Posté par flottillard le 21/07/2011 20:20

Et c'est reparti, comme en quatorze!! (quatre vint quatorze ...). Après le refus d’acquérir des F-18 dans le début des années 90 sous la pression de Dassault (il était question d'un jointure en attente du Rafale), voici un nouvel exemple du peu de cas fait des choix des opérationnels ...

On pourrait aussi parler des programmes NH90 et A400M ...

 

23.Posté par adnstep le 21/07/2011 20:14

Les bureaux d'études de Dassault sont sauvés, au moins pour un temps.

Mais à quel prix ?

 

21.Posté par spin2 le 21/07/2011 20:11

c'est vrai que ca fait un peu "les militaires veulent ça" comme outil, et les politiciens décident "vous aurez ça" parce que ça nous arrange, comme à chaque fois.

Après c'est il y a un petit coté positif à l'affaire: les anglais grands utilisateurs de predator se mordent les doigts par exemple en ce moment. Ils doivent demander l'aval des américains pour chaque déploiement de leurs engins, et encore ils n'ont pas l'exclusivité de leurs images.

Mais comme de toute façon, on n'est plus capable de s'engager sur un théâtre sérieux sans leur aval et leur aide, a quoi sert cette pseudo-fierté et liberté sauf à engraisser les copains ?

 

20.Posté par kris le 21/07/2011 18:56

Notre esprit franchouillard de base m'étonnera toujours.

D'un côté on se félicite de voir qu'une compagnie aérienne américaine s'équipera avec des airbus, de l'autre on ne veut pas que la compagnie nationale air france s'équipe américain.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Entre acheter un système d'armes prêt à l'emploi et investir sur des années pour un système qui n'existe que dans les rêves, sans compter qu'il faudra attendre des années...

Pauvre France, toujours aussi nombriliste.

 

18.Posté par Jacques-Daniel DELAIRE le 21/07/2011 18:16

Je pense que les politiques ont pris encore une fois une mauvaise décision qui va coûter bien cher et on sera privé encore pour un certain temps de drones armés ! La France a toujours une guerre de retard !

 

16.Posté par did le 21/07/2011 17:29

En quoi la fourniture d'un matériel israélien est-elle une victoire de l'industrie française? Livraison en 2014, il y a peu de chances que Longuet soit encore ministre de la défense mais c'est manifestement un vœu pieux si comme d'habitude on fait à grand frais des centaines de modifications plus ou moins pertinentes (mais en général coûteuses) sur les matériels.

En quoi ce drone est-il supérieur au Reaper? Je ne suis de loin pas pro américain mais cette décision n'est que politique, elle n'est en rien opérationnelle? C'est incohérent, d'un côté la France fayotte à l'OTAN et de l'autre elle achète des matériels inférieurs et sans doute non compatibles sauf modifications (cf le développement chaotique du Harfang).

 

15.Posté par Marulaz le 21/07/2011 17:28

La question de l'emport d'armement semble légitimement préoccuper certains lecteurs. Lorsque l'on rentre dans la classe des 4 tonnes, ce n'est plus simplement de l'aéromodélisme... Pourtant, le communiqué du MINDEF reste très élusif, évoquant simplement permanence de l'observation et capacité de ciblage.

Les armées auraient-elles donc perdu sur les deux tableaux, du calendrier et de la capacité de frappe en n'étant pas autorisées à acheter américain ?

 

12.Posté par docteurchom le 21/07/2011 15:23

Autant pour le rafale, vecteur d'une des composantes de la dissuasion, ca pouvait se comprendre, autant pour des drones, qui ne sont pas vraiment des outils de souveraineté, je vois pas trop l'intérêt, si ce n'est pour renforcer l'impression déjà très puissante que le gouvernement est un outil des industries, et non l'inverse.

 

9.Posté par lauripilé le 21/07/2011 14:36

ben voyons, encore un programme d'armement qui débouchera peut-être dans 10 ans et donc obsolète ! pourquoi faire simple quand on peut engraisser le lobby industriel...je sais il n'est pas politiquement correct d'aller acheter à l'extérieur, même quand le matériel a fait ses preuves...

 

7.Posté par louisdunord le 21/07/2011 13:47

Eh bien voilà, on a trouvé un nouveau produit pour montrer au monde entier la technologie française Après le char Leclerc embourbé dans les champs de bataille de Verdun, le Rafale et ses nombreux succès commerciaux, sans oublier l'Epr, le Charles de Gaulle, on va leur montrer à ces ploucs, euh les Afghans, les Somaliens, ceux qui se taillent en mobylette ( française?) dans les montagnes, ceux qui n'osent pas affronter les troupes des litres de notre glorieuse armée, la meilleure du monde dans l'exercice périlleux du défilé (nous sommes champion du monde du 14 juillet). Bon, c'est comme le concours Eurovision de la chanson, c'est acheté ! Alors que nous, jamais de commissions, encore moins de rétro-commission ( demandez à Balladur, Chirac et Sarko ). allez j'arrête, denat cette incroyable liste de succès passés, présents et à venir

 

5.Posté par george le 21/07/2011 13:28

bonjour

une fois de plus la France et l armée vont acheter un drone qui n existe pas encore qui coutera surement plus cher que le predator americain, qui lui est dispo et fiable:

Le problème c est que nos soldats ont besoin de ces matériels maintenant et pas en 2014!!!

Malheureusement c est un grand classique dans l armée ça va de l A400m au NH90 et je ne parle même pas du rafale, des machines qui coute 3 fois plus chère que les machines américaines et dont la technologie au moment de leur commercialisation est déjà dépassé de 10 ans ( cf le tigre qui transfert ces donnes par port PCMCIA .....)....si seulement la France avait les moyens de ces écarts et de ces dépenses supplémentaires......

 

4.Posté par Arnaud le 21/07/2011 13:22

Ah, voilà tout est dit. Le ministère est là pour engraisser les industriels.

Vite une autre guerre pour leur acheter du matériel et avoir une vitrine!!!!!

 

2.Posté par Casimir le 21/07/2011 12:50

Vu les problèmes que nous avons eu avec les Harfangs, on est pas sorti de l'auberge.

Pourquoi les politiques continuent-ils d'ignorer les conseils des militaires qui sont les premiers concernés et les mieux placés pour savoir de quoi ils ont besoin.

Ils préfèrent céder aux pressions des industriels...

Vous allez voir que pour le prochain "camo Pattern" pour remplacer le CE, on va se retrouver avec un truc bien saillant et à la mode mais inefficace sur le terrain, alors que le Multicam et le MTP ont fait leur preuve surle terrain.

 

Nous n'ajouterons rien. Tout est dit.

Nous espérons seulement qu'un jour les politiques commenceront par respecter les lois qu'ils ont votées, notamment en matière de marchés publics : le moindre achat de plomberie pour réparer les toilettes passe par un marché et l'achat de drones se fait, en catimini, par l'OUVERTURE DE NEGOCIATIONS AVEC DASSAULT ?


SOURCES :

LE BLOG "SECRET DEFENSE" DE MONSIEUR MERCHET :

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/La-France-n-achetera-pas-de-drones-americains-Reaper_a327.html?com&start=20#comments

LE BLOG "SUPERSONIQUE" DE MONSIEUR LAMIGEON :

http://supersonique.blogs.challenges.fr/tag/gérard%20longuet

dimanche, 17 juillet 2011

DRONE TERRESTRE POUR LA POLICE TEXANE

WACO, TEXAS.

Waco.jpg

WACO, Texas — La police de Waco au Texas a trouvé un emploi tranquille et facile pour son vieux camion SWAT (SPECIAL WEAPONS AND TACTICS qui est une sorte de mini-GIPN de la ville) en le transformant en véhicule d'observation.

 

Transformé en  drone terrestre il surveille, depuis deux mois et sans personne à bord, les zones sensibles avec une vidéo filmant sur 360 degrés.

 

Waco GUV.jpg

 

Le sergent Mark Mitzel pense qu'il y a encore beaucoup de choses à définir sur ce nouveau programme mais que c'est en expérimentant que les choses avanceront : "pour l'instant on l'a mis devant un commerce qui avait des problèmes et dans trois zones résidentielles et les choses se sont calmées grâce à lui. Le fait qu'il n'ait pas d'équipage le rend économique et libère nos effectifs à d'autres fins."

 

 

Waco2.jpg

 

 

samedi, 16 juillet 2011

UNIVERSITES ET DRONES

UN PARCOURS ACADEMIQUE "DRONES" AU KANSAS.

 

 

kansas-map.jpg

 

 

 


L'université du Kansas à Salina propose un diplôme sur les drones. Cette université a déjà une longue expérience dans le domaine de la formation aéronautique.

 

k-state.png

 

 

La formation se fera en collaboration avec la garde nationale du Kansas. D'une durée de 4 ans elle permettra de devenir instructeur de pilotage de drones et permettra également de développer des procédures d'insertion des drones dans l'espace aérien Américain. Les Américains ont en effet compris qu'au delà des aspects techniques et militaires, certes fascinants, le vrai marché des drones est le marché civil. Et que pour adresser ce marché civil il était nécessaire de travailler sur les procédures, les bonnes pratiques et les retours d'expérience qui permettront au législateur de rapidement définir le cadre d'emploi des drones civils en termes de circulation aérienne tout d'abord mais également sur d'autres plans comme celui du respect de la vie privée.

En France il existe une seule formation, en PACA, où une école propose une formation dans la commercialisation des drones et des services liés à ceux-ci.

Ouverte aux BAC+2 ou à des personnes ayant une expérience commerciale significative elle débouchera sur un diplôme d'ingénieur technico-commercial en systèmes de véhicules sans pilote.

( infos sur demande à ecolesuperieureprivee@gmail.com )

 

 

vendredi, 15 juillet 2011

UN COULOIR AERIEN POUR LES DRONES

Mais non, ce n'est pas en France mais aux Etats-Unis qui s'affirment comme d'incontestables leaders dans le domaine des drones où nous pourrions pourtant être les premiers, compte tenu de nos savoir-faire.

C'est en Oklahoma, un état qui veut devenir un des principaux acteurs sur la scène des drones aux Etats-Unis qu'un couloir aérien réservé aux drones va être mis en place entre deux villes, Lawton et Clinton, qui sont séparées par 110 km et possèdent chacune un aéroport. Les drones pourront y voler à des altitudes élevées sans qu'il soit nécessaire de demander une autorisation pour chaque vol.

 

oklahoma.gif

 

 

Ce choix n'est pas le fruit du hasard car il existe, à côté de Lawton (à Fort Sill) un centre d'entrainement pour la mise en oeuvre des drones.

 

welcome fort sill.jpg

 

 

Il s'agit de mener une expérimentation destinée à être pérennisée et qui servira de laboratoire mondial pour de futurs couloirs destinés aux drones entre les villes des USA : on y testera ainsi les exigences tant législatives et réglementaires que purement techniques, tout en posant les questions et problèmes qui devront être résolus à un niveau fédéral, voire international.

Alors quelle région Française voudrait suivre cet exemple ?

 

Au fait, une Miss Amerique est venu rendre visite à la base de Fort Sill :

 

 

fort sill.jpg

 

Toujours à Fort Sill, un précurseur des drones, même si les marquages ne sont pas d'époque. Le V1, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a servi de base au développement de l'avion-cible Français CT 10 que l'on peut considérer comme le premier drone militaire Français puisqu'au contraire du V1 qui explosait chez l'ennemi, il était récupéré, intact, en principe...

 

 

v1 FORT SILL.jpg

 

 

 

mercredi, 13 juillet 2011

DRONES ET FEUX D'ETE

LE BUREAU AMERICAIN DES DOUANES ET DES FRONTIERES (customs and border protection, CBP) UTILISE DES PREDATORS POUR LUTTER CONTRE LES FEUX DE FORET.

A Sierra Vista dans l'Arizona les feux de forêt viennent de détruire 2OOO  KM2 : c'est le plus grand feu de l'histoire de l'Arizona.

Un predator a été utilisé en renfort pour fournir une couverture vidéo en  temps réel, visible à partir de n'importe quelle connection internet. Cet appareil emporte un pod infrarouge sous l'aile gauche.

 

Predator indendie.jpg

 

 

 

Alors qu'un feu se rapprochait d'une habitation dans une zone où ne se trouvait aucun appareil piloté l'action du PREDATOR a permis d'envoyer une équipe.

Lance Brady, coordonnateur : " l'apport du drone est capital par la permanence qu'il apporte, spécialement lorsqu'il permet de sauver une maison comme dans le cas présent ".

 

 

Le PREDATOR autorise les actions suivantes dans des zones difficiles d'accès par le sol ou trop dangereuses pour des appareils pilotés du fait du relief ou des incendies en cours :

-reconnaissance en cas de risque d'incendie,

-renseignement lors de départs de feux,

-surveillance pré et post intervention,

-recherche,

-acquisition de tous types, y compris de personnes  " nous pouvons voir en vidéo une personne, un chien ou un chat".

Il nous semble que la prochaine étape sera celle de l'attaque du feu avec des appareils du type KAMANN, tels que celui-ci qui peut transporter jusqu'à quatre seaux utilisables indépendamment.

 

Dugway Proving Ground demonstration

Pour en savoir plus sur cet appareil : http://lesdrones.20minutes-blogs.fr/archive/2011/05/12/zo...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu