Avertir le modérateur

mardi, 31 janvier 2012

Pourquoi l'USAF arrête le Global Hawk (mis à jour)

 

 

 

global hawk,u2

Global Hawk bloc 30


Il semble que l’US AIR FORCE ait annulé des commandes de Global Hawk bloc 30 et diminué les commandes du Global Hawk bloc 40 .

Qu’en est-il exactement ?

1-les appareils

Le Global Hawk block 30 devait remplacer l'U 2 en tant qu'appareil de reconnaissance. Le bloc 40 a, lui, des capacités plus grandes que le bloc 30 en termes de surveillance et de renseignement plus que de reconnaissance. Autrement dit le 30 est le "concurrent" direct du vieil U2, avion piloté des années 50, rendu célèbre lorsque l'un d'entre eux fût abattu en mai 1960 au dessus de l'Union Soviétique  et que son pilote Gary Powers fût capturé.

2-La communication du Pentagone

Le secrétaire d'Etat adjoint à la Défense Ashton Carter a déclaré :  “ Nous pensions que le Bloc 30  allait remplacer le U2 pour la photographie aérienne mais son prix a fini par dépasser ce que nous avions prévu pour ces missions photo. Le Global Hawk est devenu cher et a subi le sort des choses qui deviennent chères dans un environnement budgétaire restreint".

3-les informations dans les médias

Elles sont généralement concordantes sur les faits essentiels.

Voici des extraits de l’article qui nous paraît le mieux résumer la situation. Il a été publié par defensenews.com sous la plume de Dave Majumdar le 25 janvier 2012.

"L’US AIR FORCE va vraisemblablement retirer sa flotte de Block 30 Northrop Grumman RQ-4 Global Hawk, redonnant vie au programme cinquantenaire de l’U2 qui volerait jusqu’en 2023.

 

global hawk,u2

Le Lockheed U2, né en 1956.

Non seulement l’USAF arrêterait ses commandes (42 GH BLOCK 30 au prix de 180 millions d’euros pièce) mais elle retirerait aussi les drones GH déjà en service de son arsenal.

Cette décision serait liée au coût d’achat et de maintenance mais également au fait que les GH n’auraient pas répondu aux attentes que le programme semblait offrir à l’origine.

L’USAF n’a fait aucun commentaire officiel mais s’est contentée de dire qu’aucun détail budgétaire ne serait disponible avant la publication du budget. 

Une source proche de l’USAF aurait dit que les senseurs, la chaîne d’information et d’autres équipements sont moins précis, ont une moindre résolution, moins de portée et moins de mémoire que ceux qui sont utilisés sur l’U2.

Il semblerait aussi que le GH ait été moins fiable que prévu, il passe le plus clair de son temps en panne au fond d’un hangar ."

Mais il faut ici rappeler que cet appareil est rentré en phase de production, sous la pression du Pentagone alors qu'il était encore en cours de développement en termes de fabrication et même de conception. Est-ce que ceci n'expliquerait pas cela ?

4-le communiqué du constructeur

 

FALLS CHURCH, le 26 janvier 2012

"Le Pentagone vient d’annoncer aujourd’hui qu’il envisage d’annuler le programme Global Hawk Block 30 et envisage de remplir cette mission avec l’avion U2.

Northrop Grumman est déçu de la décision du Pentagone et envisage de rechercher avec lui d’autres solutions que l’arrêt du programme.

Le Global Hawk a montré son utilité militaire en Irak, en Afghanistan et en Lybie et son apport humanitaire au Japon et en Haïti.

Le Pentagone avait fait la déclaration suivante « la poursuite du programme est essentielle pour la sécurité nationale…il n’y a pas d’autre option que ce programme qui apportera à moindre coût le moyen de répondre aux exigences des Etats-majors. »

Le Global Hawk est la solution moderne de surveillance. Il réalise une surveillance durable. A l’inverse, le vieillissant programme U2, qui date des années 50 met son pilote en danger, a des durées de vol limitées et une capacité limitée de collecte d’informations par ses senseurs. De plus prolonger sa vie induit des investissements additionnels. 

Northrop Grumman s’applique à travailler avec ses clients pour leur fournir les meilleures solutions ainsi qu’à leurs alliés. Nous sommes satisfaits du support que nous continuons a rencontrer pour le Global Hawk Block 40 system*, ainsi que pour le Broad Area Maritime Surveillance system de la Marine et pour nos autres drones."

global hawk,u2

Global Hawk bloc 40

*NDB : mais l’USAF n’achètera que 11 GH bloc 40 au lieu des 22 prévus

5-Conclusion

Il nous semble à travers cet exemple et quelques autres que les restrictions budgétaires Américaines vont être très fortes et que cela peut créer un risque sur la sécurité globale des pays Occidentaux à qui il revient de s’équiper en conséquence.

Pour en revenir au Global Hawk les reproches qui lui sont faits sont de deux ordres :

1-Le coût

2-Les performances inférieures de ses équipements par rapport à certains équipements de l’U2

Nous ne retenons pas la remarque sur le manque de fiabilité qui nous paraît devoir être confirmée, surtout si on la ramène au nombre d'heures de vol par sortie.

Quoique il en soit une solution paraît alors logique : pourquoi ne pas droniser les U2 ? Cela répondrait aux attentes en matière de coût et de performance. Et, éventuellement, de fiabilité aussi d'ailleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vendredi, 01 juillet 2011

BON ANNIVERSAIRE !

Il y a un an l'Euro Hawk accomplissait son premier vol d'essai, volant deux heures et atteignant un altitude de 9000 mètres. Il s'agissait d'une commande passée par le gouvernement Allemand pour le LUFTWAFFE.

 

 

Eurohawk.jpg

 

 

 

L'Eurohawk est la première version internationale du RQ4 Global Hawk. Il 'agit d'un HALE (haute altitude, longue endurance) qui, défini à partir du RQ4, inclut un système de détection électronique fourni par EADS.

Ses caractéristiques sont les suivantes :

Motorisation :

 

Un turboréacteur Allison Rolls-Royce AE3007H

 


Dimensions :


Envergure

40 m

Longueur

15 m

Hauteur

5 m


Masse :


À vide

3850 kg

Maximale

15000 kg


Performances :


Vitesse maximale

650 km/h

Plafond

19000 m

Endurance

36 heures


A l'époque M. Dufresne directeur de la division Strike and Surveillance Systems de Northrop Grumman's Aerospace avait déclaré qu'il s'agissait d'un excellent départ pour le programme EURO HAWK. Il est certain que sur le plan technique le système SIGINT (signal intelligence) développé par EADS dont il est équipé, allié aux qualités de l'aéronef de base RQ4, en fait un outil de renseignement très intéressant.

Deux stations sol sont nécessaires. L'une intégre les éléments de lancement, de contrôle et de récupération, l'autre sera la station liée au SIGINT qui recevra et analysera les informations  fournies par celui-ci.

Le contrat avait été signé par le ministre de la défense Allemand en janvier 2007 : il avait donc fallu 3 ans et demi pour arriver à ce premier vol. Ce délai est à méditer car nous n'en sommes, en France, même pas au point où les Allemands en étaient en janvier 2007 !

Méditons aussi le fait que l'un des buts de ce programme est de permettre aux Allemands de remplacer ses Bréguet Atlantic.

Qu'en est-il de nos propres Bréguet Atlantic en service depuis près de 40 ans ? Tout cela met en évidence notre retard, un retard qui s'aggrave puisque rien ne sera décidé avant...2012, au mieux.

Cela nous rappelle trop 1938 (non pas vis à vis de l'Allemagne bien sûr) mais dans ce manque de décision, dans cette culture mortifère du " il est urgent d'attendre ".

samedi, 11 juin 2011

LES FAIBLESSES DU GLOBAL HAWK

GH.jpg

Le Global Hawk tel que décrit par Wikipedia.

 

Le RQ-4 Global Hawk (aussi nommé Tier II+ pendant le développement) est un drone de surveillance construit par Northrop Grumman (anciennement Ryan Aeronautical) pour l'US Air Force. Il effectue son premier vol expérimental le 28 février 1998, et l'accréditation de la FAA en 2003 lui autorise le survol de l'espace aérien américain. Il est un des rares représentant de la classe de drones dites des « HALE » (Haute Altitude Longue Endurance)

Le RQ-4 Global Hawk ne pèse que 14,6 tonnes au maximum au décollage, soit la masse d'un petit chasseur. Ce malgré ses dimensions, notamment son envergure qui est digne de celle d'un avion de ligne. Secret d'un poids aussi léger pour de telles dimensions : une construction assurée à plus de 50% en matériaux composites (les ailes sont en graphite

S’il est largement utilisé pendant l'opération Liberté immuable (Enduring Freedom) en 2001, l’Afghanistan fut son second engagement. Un prototype du RQ-4 Global Hawk a en effet été employé en conditions réelles lors du conflit au Kosovo en 1999, dans des missions de reconnaissance. Lors de l’une de ces missions (16 au total), un RQ-4 Global Hawk resta près de 42 heures en vol. Après la campagne du Kosovo, RQ-4 Global Hawk s’est vu affecter à de nouvelles missions, dont celle de la désignation de cibles stratégiques pour les bombardiersF/A-18 et F-117, utilisé en Afghanistan par l’OTAN.

Le 22 mars 2008, un Global Hawk a établi un nouveau record d'endurance pour un drone opérationnel en restant en vol pendant 33,1 h à 18 000 m au-dessus de la base d'Edwards (Californie). Après avoir atterri il lui restait dans les réservoirs une quantité de carburant correspondant à près de deux heures de vol.


 

Les faiblesses du Global Hawk.

Le Global Hawk est un excellent appareil comme le montrent les états de services décrits ci-dessus. Et pourtant les évaluateurs de l'US AIR FORCE estiment que malgré ses indiscutables qualités, il n'est pas capable de mener à bien de façon entièrement fiable ses missions de collecte d'informations et de photographie à haute altitude.

C'est ainsi que le centre d'évaluation opérationnelle du Nouveau Mexique a publié le 20 mai un rapport où il juge que le système GH, s'il est efficace dans des limites définies, n'a pas entièrement satisfait au test opérationnels (IOT&E).

Si, généralement, la valeur d'un système est décrite de façon binaire comme étant opérationnelle ou non, il s'avère que dans le cas du GH le responsable de cette évaluation est beaucoup plus nuancé . Selon lui "e GH est opérationnel et remplit bien un certain nombre de ses missions mais il a encore du chemin à faire pour accomplir tout ce pour quoi il a été conçu."

Voici ce qui est ressorti des 3 mois d'évaluation :

1-Le temps effectif sur l'objectif, effective time on station (ETOS), qui est le temps pendant lequel l'appareil est à même de recueillir des informations sur une zone cible, devait être de 55% mais le système n'a en fait atteint que 27%. Dans ce cas précis cela a été dû à un difficulté liée à la panne d'un générateur. Le travail accompli par Northrop Grumman pour le réparer a été remarquable... mais on ne sait pas comment interpréter cette remarque : c'est sûrement un bon point pour le personnel du constructeur, mais en est-il de même pour l'appareil lui-même ?

2- La deuxième difficulté n'était guère vitale mais s'est révélée particulièrement gênante : des plaques de visite se cassaient lorsque des mécaniciens les ouvraient ou les fermaient. La réparation durait 24 heures pendant lesquelles les drones ne pouvaient voler : c'était à chaque fois une journée de perdue !

3-La disponibilité des pièces détachées n'est pas excellente, comme c'est souvent le cas pour des systèmes récents.

4-Les appareils embarqués -Raytheon Enhanced Integrated Sensor Suite -EISS- et Northrop Grumman Airborne Signals Intelligence Payload -ASIP- étaient efficaces à courte portée mais ne fournissaient pas d'images de qualité suffisante à de plus grandes distances. Toutefois dans deux cas cruciaux les images furent de très bonne qualité, à Fukushima et en Lybie car, du fait qu'il n'y avait aucun risque sol-air, les appareils pouvaient voler à proximité des objectifs sans aucun risque.

Et pourtant, si on doit louer l'exigence des évaluateurs, il faut reconnaitre que les utilisateurs ne tarissent pas de louanges sur le GLOBAL HAWK. En ce qui nous concerne nous pensons qu'il faut que les constructeurs (et futurs constructeurs Français ) intégrent un haut niveau d'exigence en environnement hostile ou dégradé.

"Trop fort n'a jamais manqué" est le dicton des navigateurs qui s'applique parfaitement bien ici.

Nous pensons sur ce blog qu'un drone n'est jamais assez  DURCI.

 

D'après une interview publiée dans AVIATION WEEK.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu